Le programme de Paneurope Suisse

 

Paneurope Suisse entend poursuivre trois visions principales.

 

http://www.static.rtbf.be/tv/tv/images/channels/la-une-218x106.png

 

Tout d’abord, l’association entend perpétuer la mémoire et l’œuvre de Richard Coudenhove-Kalergi (cf. le chapitre qui lui est spécialement consacré), qui s’est dévoué sans compter durant toute sa vie pour faire émerger une Europe délivrée des démons nationalistes qui avaient risqué de la conduire à sa perte. En effet, l’œuvre de Coudenhove-Kalergi ne se limite pas à quelques idées, même lumineuses. Il a inscrit sa pensée dans des textes rigoureux sur le plan scientifique, et il a mené une action déterminée pour que ses idées ne restent pas de simples utopies. A ce titre, il mérite d’être mieux connu et mieux étudié pour (re)découvrir l’aspect visionnaire de sa pensée. Près de cent ans après la publication de « Pan-Europa », on s’aperçoit que ses écrits n’ont pas pris une ride. Leur étude doit être approfondie, et personne ne peut mieux le faire que Paneurope Suisse, qui a l’honneur d’être dépositaire, non seulement de la tombe du Grand homme, qui se trouve dans un cadre idyllique à Gstaad, mais également de ses écrits et de sa correspondance, qui se trouvent aux archives cantonales vaudoises.

 

http://static.francetv.fr/arches/france2/default/img/og-image.jpg?20151216

 

Dans le droit fil de l’œuvre de son fondateur, Paneurope Suisse entend également contribuer à une meilleure acceptation de l’idée européenne. A l’heure actuelle, certains préjugés sont entretenus par des forces politiques utilisant l’euroscepticisme à des fins électorales. Ces basses manœuvres sont dangereuses à l’heure où l’Europe apparaît comme le dernier rempart contre la barbarie du non-droit et de la violence. Certes, l’Union européenne née des efforts de tous ses Pères fondateurs est loin d’être idéale. Mais comment réaliser une entité parfaite en regroupant des dizaines d’Etats qui ont passé des siècles à se faire la guerre ? C’est une mission impossible. Il faut donc faire apprécier à sa juste valeur la paix retrouvée sur le continent. Les membres de Paneurope suisse sont des ambassadeurs de bonne foi de cette Europe encore imparfaite qu’ils ont à cœur de défendre, tout en gardant un œil critique et en réfléchissant à ce qu’il serait possible d’améliorer pour qu’elle corresponde le mieux possible aux rêves de ses fondateurs.

 

https://yt3.ggpht.com/-zceGHZlKwww/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAAAAA/npDnyqI_O9A/s900-c-k-no/photo.jpg

 

Enfin, Paneurope Suisse entend jeter des ponts entre la Suisse et tous les pays européens, par le biais du précieux réseau que constituent toutes les organisations nationales de Paneurope (il y en a plus de 25). A l’instar de Paneurope Suisse, ces associations (qui comptent parfois de nombreux adhérents), regroupent des hommes et des femmes passionnés par l’idée européenne, décidés à forger leur continent pour l’arracher à tous les maux du passé. On rencontre des paneuropéens parmi des anciens politiciens de haut vol, des juristes, des philosophes soucieux d’un développement harmonieux, mais également de très nombreux jeunes qui veulent se battre pour que l’Europe ne revive pas les souffrances des dernières guerres. C’est surtout avec l’Europe de l’Est que Paneurope Suisse permet de nouer des liens d’autant plus passionnants que ce côté oriental du continent est souvent méconnu et victime de préjugés qu’il nous appartient de démonter. Les Européens de l’Est sont plus enthousiastes que ceux de l’Ouest – souvent blasés – car leur expérience de la démocratie est récente et parce que c’est l’Europe qui les a tirés des griffes du communisme et du sous-développement. Leur enthousiasme est réjouissant et rafraîchissant. Il doit être une source d’inspiration pour nos actions.